Page 1 sur 11

Fév 14 2016

Imprimer ce Article

Luc : le rôle de l'Esprit et le salut

LucLe rôle de l’Esprit

La venue de Jésus s’accompagne d’une manifestation de l’Esprit; l’Esprit qui fait prophétiser Zacharie et pousse Siméon vers le Temple ; l’Esprit qui vient sur Marie. Luc insiste plus fortement sur le lien de Jésus a l’Esprit, dans les scènes inaugurales de son ministère. Cet Esprit promis par le ressuscité, descend sur les disciples a la Pentecôte (Actes 2). Il leur donne assurance et autorité pour annoncer la Bonne Nouvelle et guide la progression missionnaire de la jeune communauté. Luc est l’évangéliste qui nous fait saisir le plus directement la présence de l’Esprit .

Luc : la pauvreté et la place des femmes

Dans le bref résumé qui donne les grands traits de la communauté chrétienne, Luc fait une place a la prière et au partage du pain. Il ne connaît pas qu’une seule forme de prière. Mais la louange, qu’il mentionne particulièrement, devait tenir une grande place dans les réunions des premières communautés chrétiennes. Plusieurs fois dans les Actes, il emploie l’expression "fraction du pain". Aux croyants, Luc propose un programme de vie chrétienne très dense. Le chrétien est celui qui a découvert en Jésus, Sauveur des hommes, la tendresse et la miséricorde du Père. Il vit dans un climat de joie, de prière, de louange, sous l’inspiration de l’Esprit. Son engagement n’en est pas moins exigeant. Luc est celui qui insiste le plus sur la radicalité de l’appel de Jésus: il faut prendre sa croix " chaque jour " (Luc 9, 23). Chacun est invité a vérifier son rapport a l’argent et a faire le choix d’une pauvreté effective. La communion ecclésiale se vit dans les réalités matérielles C’est Luc qui réserve la plus grande place aux femmes et parle le plus de Marie, la mère de Jésus. Aucune catégorie n’est exclue du salut, pécheurs, publicains, Samaritains... L’Evangile s’adresse à tous les hommes.

Luc et l’histoire du salut

L’histoire que Luc écrit n’est cependant pas celle des historiens profanes, c’est une histoire du salut. Il se veut d’abord a l’écoute des " serviteurs de la Parole ". Le Seigneur tarde a venir et l’Eglise doit apprendre a vivre dans le temps. Luc réfléchit sur le dessein de Dieu et voit le salut se réaliser par étapes. L’Ancien Testament avait préparé les esprits a l’accueillir; il en avait donné de multiples préfigurations, Elie, Elisée... (Luc 4, 25-27). Le temps de Jésus lui succède, délimité par le baptême de Jean et l’Ascension). Une année de grâce est offerte a Israël, a qui s’adresse en priorité l’invitation a la conversion. C’est à Jérusalem, là où il devait advenir , que le salut est accompli.

Le temps de l’Eglise est celui de l’effusion de l’Esprit. Luc avait particulièrement souligné la présence de l’Esprit dans le ministère de Jésus. Il saisit son action dans les événements de la vie de l’Eglise. C’est lui qui guide les Apôtres vers les païens (Actes 10, 19-20). La lecture de Luc se recommande aux chrétiens qui veulent découvrir la Parole dans les événements de leur vie.

La personne de Jésus

Luc apporte sa touche personnelle au portrait de Jésus. Plus nettement que les autres évangélistes, il voit en lui le Prophète et le Sauveur

Jésus, sur qui l’Esprit repose en plénitude, porte la parole de vie. Nouvel Elie, il est puissant par ses actes et ses paroles. A ses contemporains en quête de salut, Luc déclare qu’il n’en existe pas en dehors du Nom de Jésus. L’enfant qui est né a Bethléem est le Sauveur, titre à forte résonance en milieu païen. Jésus libère de tous les égoïsmes et de tous les esclavages; il redonne la santé et la vie. Attentif a la misère spirituelle des hommes, il remet les péchés et rétablit la relation avec Dieu le Père.

Toute la délicatesse de Luc transparait dans cette vision d’un Jésus plein de tendresse et de bonté, proche des petits et des pauvres, qui fait bon accueil aux pécheurs et aux publicains. Ce Jésus, si profondément humain, communique toute la puissance de Dieu, car le Sauveur qui apparait sur la terre de Judée est le Messie, le Seigneur, le Ressuscité, le Vivant (Luc 24, 5). Au langage de la résurrection, qui vient des Ecritures juives, Luc ajoute celui de la vie, plus accessible à des Grecs.

Views All Time
Views All Time
166
Views Today
Views Today
1

Au sujet de l'auteur

baboune25

Lien Permanent pour cet article : http://www.parolenouvelle.com/luc-le-role-de-lesprit-et-le-salut/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*