Page 1 sur 11

Mar 16 2016

Imprimer ce Article

Jésus c'est un autre regard : celui de Dieu

JésusDans la Bible, il y a une scène qui décrit parfaitement " la perte de Dieu " . En son tout début, elle raconte comment, au lendemain de sa rupture avec Dieu, l'homme se découvre étranger, banni dans un monde qui était auparavant un paradis pour lui : les animaux se dressent contre lui, et la terre se défend contre son travail (Gn 3)". Effectivement, l'univers ne peut plus lui apparaître qu'étranger, au sens absolu du terme, à partir du moment où il n'est plus créé pour lui, par un Dieu fondamentalement personnel qui le veut aussi, lui, l'homme.

À partir du moment où Dieu, père et créateur, s'efface derrière l'indifférence infinie de la nature, il est parfaitement exact qu'il se trouve radicalement sans demeure sur cette terre. Seule la présence d'une bonté infinie à l'arrière-plan et au cœur des choses peut lui éviter de se dresser en angoissé, face au monde. L'histoire des religions permet  de rendre compte de cet état de choses. Tant qu'ils n'avaient pas découvert le Dieu de la Bible, les hommes recouraient à des mythes où les dieux, dans leur désunion, se partageaient l'empire des humains. Ces figures divines n'étaient en réalité que les personnifications  des forces de la nature et les projections des forces psychiques, et l'homme s'y trouvait livré sans recours.

Jésus le regard d'un Dieu Juste

À l'opposé, on trouve dans le Nouveau Testament un texte qui illustre fort bien ce qui peut le sauver. Il s'agit du récit racontant l'histoire d'une femme au nom totalement inconnu, mais fort connue, elle, de tout le village: une pécheresse !  Il est clair que cela en dit suffisamment sur elle. Entendant parler de Jésus, elle veut le voir pour le parfumer. Elle entend ainsi lui manifester toute la tendresse dont elle est capable, car, on le lui a dit et elle en est sûre, lui la comprendra. C'est ainsi qu'elle prépare un flacon de nard et se rend dans la maison du pharisien dont il est l'hôte. Mais à peine a-t-elle franchi le seuil que tout déraille.

Elle n'avait pas pensé à la foule, à tous ces regards qui la condamnent, à cette rumeur qui s'élève. " elle se tint derrière, aux pieds de Jésus et se jeta à ses pieds" dit Luc. Au lieu de lui parfumer la tête, elle éclata en sanglots et lui répandit le flacon sur les pieds. Et, comme pour réparer le dommage, elle se met à dénouer sa chevelure et à les lui essuyer. Mais, aux yeux des témoins, ce geste de désespoir ne fait que l'enfoncer davantage : on ne défait pas ses cheveux en public ; envers un invité, on ne se comporte pas de façon indécente.

Jésus rétablit la dignité de l'humanité

Bref, tous ses gestes ne font que montrer surabondamment ce qu'elle est : une prostituée, importune, indigne, une propre-à-rien l Seul Jésus la voit sous un autre angle. Lui seul comprend ce qu'elle veut, ce en quoi elle a raison, et ce qui l'a poussée au malheur, au péché. Elle cherche désespérément l'amour et, en cela, elle est profonde et authentique. Mais, ce faisant, elle ne fait que se causer du tort, car elle croit ne pouvoir attirer l'attention de l'autre qu'en rampant dans la poussière, devant lui.

Aussi longtemps qu'elle se déshonore comme cela, on continuera à la montrer du doigt et à l'exploiter de façon malhonnête. Il semble que la pointe de la parole énigmatique de Jésus, celle selon laquelle "il lui sera beaucoup pardonné parce qu'elle a beaucoup aimé", revient à lui dire qu'elle peut se redresser sous le regard des autres, qu'elle doit affirmer sa dignité profonde, qu'elle a enfin le droit de penser que Dieu la justifie au plus profond d'elle-même.

Bien plus, cette même femme qui vient de se répandre comme son flacon de parfum, celle-là même qui vient de se prosterner  par terre, celle qui vient d'éclater en sanglots, a même le droit de penser que, devant Dieu, elle fait meilleure figure que tous les autres. Dieu lui-même lui confère le droit de vivre : elle est justifiée. Jésus réconcilie vraiment l'homme avec Dieu ! Il ne nous donne pas "raison" comme veulent le croire les fanatiques de tous bords ou les permissifs invétérés, il nous éclaire sur la vraie relation au Dieu Vivant, souvent dévoyée par les religieux obscurs et les promoteurs de faux dieux  !

Views All Time
Views All Time
145
Views Today
Views Today
1

Au sujet de l'auteur

baboune25

Lien Permanent pour cet article : http://www.parolenouvelle.com/jesus-cest-un-autre-regard-celui-de-dieu/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*