Page 1 sur 11

Mar 28 2016

Imprimer ce Article

Charité un mot souvent employé à tort

charitéL’Évangile détient le secret et probablement le record en matière de charité et de son efficience. Quand on lit par exemple vers la fin du texte que l’Esprit ( Celui qui doit venir après l’Ascension parachever l’œuvre du Christ ) convaincra le monde au sujet du péché , on ne remarque pas toujours à quel point le monde est en effet convaincu. Non seulement les  catholiques, les protestants, les orthodoxes et les différents groupes chrétiens se réclamant du christianisme, mais de l’Est à l’Ouest, et du Nord au Midi, les peuples de la terre entière accordent une sorte de priorité à l’ordre chrétien des valeurs morales. Les reproches de nos anticléricaux visent moins la doctrine que notre manière diversement insuffisante de la mettre en pratique. Dans ses homélies politiques, le pandit Nehru a cité plus volontiers Jésus-Christ que le Bouddha, et les régimes totalitaires eux-mêmes, par le soin qu’ils apportent à mentir, se montrent à leur façon aussi bien informés que les autres sur la nature du bien et du mal.

Charité, amour Evangélique

Les idées philosophiques et morales de notre temps sont plutôt embrouillées, mais personne ne discute le primat absolu de la charité, établi sous motion divine par une assemblée de pêcheurs galiléens, il y aura bientôt deux mille ans. Et si la charité est universellement reconnue comme la plus haute de toutes les vertus, les degrés qui en descendent marquent ipso facto la direction du péché. Les paraboles n’entrent pas dans le genre prophétique, et pourtant l’Histoire nous apprend qu’elles ont, elles aussi, la propriété de s’accomplir dans les moindres détails. " Le royaume des cieux, dit un jour Jésus, est semblable à un grain de sénevé que l’on sème dans un champ. C’est la plus petite de toutes les semences; mais quand elle a poussé, elle surpasse par sa taille toutes les plantes du jardin, elle devient un grand arbre, et les oiseaux du ciel s’assemblent sur ses branches."

Sans doute, comme l’ont observé les commentateurs les plus froids, est-ce par la grâce infinie de sa personne que Jésus s’est attaché ses premiers disciples, si parfaitement heureux de s’asseoir auprès de lui qu’ils ne lui posent aucune des questions qui nous brûlent les lèvres sur la vie et la mort, et la souffrance, et l'au-delà.

On croit les entendre ronronner d’aise en sa présence, qui est la réponse à toutes les questions et transforme le curieux en contemplatif. Sans doute, le génie des paraboles et leur inépuisable contenu de vérité expliquent-ils en partie l’essor de la doctrine, le croyant trouvant la raison du reste dans la nature divine du Christ et l’incroyant dans la nature diabolique de la religion. Mais si Jésus s’est gagné les esprits par la noblesse de ses leçons, par l’incomparable pureté de son exemple : "Lequel d’entre vous me convaincra de péché? ", et par le caractère surprenant d’une Révélation qui inclinait le ciel jusqu’à terre pour remettre les empires de la sagesse et de la joie aux mains tendues des petits enfants, c’est par la montée du Calvaire, par la couronne d’épines et par la Croix qu’il s’est ouvert le cœur des hommes, où son entrée se confond avec l’espérance.

Son enseignement public avait duré trois ans à peine, lorsque par une nuit de printemps les flambeaux des soldats, guidés par Judas, pénétrant au jardin des Oliviers, vinrent éclairer le visage de la charité qui les attendait dans l’ombre, immobile, le front perlé d’une sueur de sang. La courte trajectoire de Jésus en ce monde achèvera sa course le lendemain sur une hauteur de Jérusalem, après avoir illuminé un instant au passage les figures attentives des disciples.

André Frossard  Les Grands Bergers

Views All Time
Views All Time
211
Views Today
Views Today
1

Au sujet de l'auteur

baboune25

Lien Permanent pour cet article : http://www.parolenouvelle.com/charite-un-mot-souvent-devoye/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*